Le Radeau de la Méduse – TRÈS TRÈS VITE

Cette année, l’Odéon-Théâtre de l’Europe et l’École Estienne se sont associés autour d’un projet d’éducation artistique et culturelle.
Pour donner suite au projet Très très vite, initié par l’Odéon-Théâtre de l’Europe pendant la saison 2015-2016 et en partenariat avec la section cinéma d’animation de l’École Estienne, 12 étudiants ont réalisé 4 courts films d’animation.
Grâce à des rencontres avec les metteurs en scène, les étudiants se sont appropriés l’univers de chaque spectacle pour concevoir, grâce à de nouveaux moyens d’expression et de communication, une médiation originale s’adressant à un plus large public.

Le Radeau de la méduse

Alban, Léo, Tom.

1/ Allez-vous au théâtre ? Quelle est votre image du théâtre ? Comment avez-vous envisagé ce projet au départ ?
Tom : Je vais rarement au théâtre, surtout via l’abonnement de l’École. Mais j’en ai une image très vivante, celle d’un art qui change beaucoup.
Léo : Pour ma part je vais régulièrement au théâtre, et je rejoins cette vision : le théâtre est un moyen d’évoluer, de rendre les textes modernes. À travers ce projet, nous avons perçu une attente mais aussi une confiance face à notre travail.

2/ Quelles ont été les différentes étapes de conception de vos travaux ?
Tom : On a d’abord travaillé sur le modèle des « Très très vite ». Après avoir lu la pièce, nous nous sommes beaucoup attachés à la question du ton : fallait-il en garder la dimension humoristique ?

3/ Comment s’est déroulée votre rencontre avec Thomas Jolly ?
Léo : Thomas Jolly a été très précis, il savait ce qu’il voulait. Cette rencontre a été très vivante, et rassurante : cela nous a permis de confirmer et d’adapter nos orientations. Notamment sur le fait de ne pas dévoiler la fin de la pièce.
Alban : Cela nous a permis de préciser le ton du travail et de respecter le sens de la pièce. Nous avons pu avoir un aperçu général de la pièce, des symboles qui la soutiennent.

4/ Quel a été, pour vous, le principal enjeu de ce travail ?
Alban : Nous avons souhaité mettre en place une tension. Nous avons donc beaucoup travaillé la forme, l’ambiance.

fullsizerender

fullsizerender

5/ Après vous l’être approprié, qu’attendez-vous de ce spectacle ?
Tom : Nous nous attendons à une mise en scène très intense, à être submergés.

6/ Pédagogiquement, que retenez-vous de ce projet ? Qu’a-t-il apporté à votre formation ?
Alban : C’est notre premier gros projet, il nous a permis de créer une cohésion de groupe mais aussi d’acquérir des compétences et de voir toute la création d’un film d’animation d’un bout à l’autre.
Léo : Ce projet a revêtu beaucoup d’importance en début d’année. C’est une vraie réussite en termes de travail de groupe.
Alban : Ce partenariat a permis à toutes les équipes d’être fières de leur travail.